Nouvelles : Une taxe sur les kilomètres, plutôt que l’essence

Une taxe sur les kilomètres, plutôt que l’essence

Tous les détails à l'intérieur.

Publié le par Les Autos dans Nouvelles
Partager sur Facebook
0 0 Partages

De plus en plus de voix demandent au gouvernement du Québec de remplacer la taxe sur l'essence par une taxe sur les kilomètres, d'après La Presse. CAA-Québec, des experts en transports, mais aussi la Chambre de commerce du Montréal métropolitain (CCMM) et le Conseil du patronat du Québec (CPQ) appuient cette idée. 

L'idée est de taxer les automobilistes selon le nombre de kilomètres qu'ils parcourent plutôt que de taxer l'essence. L'idée est que cette taxe soit aussi applicable aux véhicules électriques qui prendront de plus en plus de place sur nos routes. 

« La taxe sur le carburant, on le sait très bien, si on y réfléchit, que sur 5 ans, 10 ans, la source va se tarir à un moment donné », a expliqué Michel Leblanc, président et chef de la direction de la Chambre de commerce, en entrevue avec La Presse. « Et ça va créer d’énormes iniquités où les voitures électriques vont utiliser le réseau routier, contribuer à la congestion, mais seront exemptées de leur contribution. »

Selon la Chambre de commerce, un péage autour de la métropole nuirait à l'activité commerciale du centre-ville. 

« Le caractère modulable [de la taxe kilométrique] permet une tarification dynamique en fonction des zones parcourues, du type de véhicule, de l’heure de la journée, de l’intensité de la congestion et du nombre de passagers », écrit la Chambre de commerce dans son rapport. « Ce levier de financement est efficace et permet d’atteindre des cibles de réduction de la congestion routière. »

Une telle taxe pourrait être mise en place dans la grande région de Montréal d'ici 2024.

« Effectivement, avec l’électrification des transports, la taxe sur l’essence produit de moins en moins de revenus pour financer la mobilité », a réagi Florence Plourde, attachée de presse du ministre des Transports, François Bonnardel.

Mais une question demeure : les Québécois sont-ils prêts à voir leurs allées et venues en voiture comptabilisées par le gouvernement ?

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: La Presse · Crédit Photo: Adobe Stock