Nouvelles : Une action collective contre les pratiques des concessionnaires concernant les crédits automobiles.

Une action collective contre les pratiques des concessionnaires concernant les crédits automobiles.

Tous les détails à l'intérieur...

Publié le par Les Autos dans Nouvelles
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Une pratique très répandue auprès des concessionnaires automobiles pourrait fait l'objet d'une action collective suite à la mésaventure d'un couple d'automobilistes.

C'est chez La Pérade Chrysler, un concessionnaire de l’entreprise FCA Canada, que Kim Chevrette et Hugo Charest avaient fait l'acquisition d'une Hyundai Elantra 2015 en janvier 2018.

Puisque le couple avait déjà une Scion 2013 sur laquelle il restait encore une dette de 17 341 $ à payer, le concessionnaire a accepté de procéder à un échange, mais étant donné qu'il estimait la valeur de leur ancien véhicule à 10 000 dollars, il restait encore un négatif à payer d'un peu plus de 7000 dollars.

Dans le langage des concessionnaires, un montant négatif de la sorte porte le surnom de "balloune".

Le vendeur a donc fini par proposer au couple de gonfler le prix de rachat de leur ancien véhicule à 17 246 $ pour ensuite financer leur nouvelle voiture pour un prix de 24 283 $, alors que sa valeur initiale était de 15 995 $.

Ce petit stratagème aura donc fait en sorte qu'étant donné que l'achat du couple avait été financé sur sept ans, à un taux de 5,99 %, leur nouveau véhicule leur aura donc coûté 32 800 $, en tenant compte des intérêts de 6049 dollars qui ont été générés par l'ajustement de la "balloune". En d'autres mots, le nouveau véhicule du couple lui a coûté pratiquement deux fois son prix initial.

Les avocats du couple, Me David Bourgoin, de BGA Avocats, et Me Maxime Ouellette, d’Auger Garnier Frédérick Avocats, ont donc annoncé qu'ils demandaient l'autorisation d’exercer une action collective qui visera à représenter tous les acheteurs qui ont eu à négocier avec "une valeur négative pour un ancien véhicule automobile repris en échange".

Outre FCA Canada et la Banque de la Nouvelle-Écosse, Kia Canada et la Banque de Montréal sont aussi accusés de pratiquer le même stratagème et selon J.D Power, près du tiers des transactions avec un échange de véhicule comportent une "balloune".

Enfin, on rapporte qu'en moyenne, les frais liés à une "balloune" tournent autour de 7000 dollars.

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: La Presse · Crédit Photo: Capture d'écran