Nouvelles : Un Québécois écope d'une contravention parce qu'il réparait une crevaison sur le bord de la route.

Un Québécois écope d'une contravention parce qu'il réparait une crevaison sur le bord de la route.

Tous les détails à l'intérieur...

Publié le par Les Autos dans Nouvelles
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Un homme qui souhaiter aider sa fille qui venait d’avoir une crevaison a reçu une contravention pour avoir marché sur l’accotement de la route 132.

C'est le matin du 22 février que Jean-Pierre Bertaux s'est rendu à la hauteur de la sortie du pont Victoria, après avoir reçu un téléphone de sa fille l'informant qu'elle venait d'avoir une crevaison.

La jeune femme souhaitait ainsi obtenir des conseils, mais le père a décidé de lui offrir directement son aide en partant la rejoindre.

Alors que le père était en route pour aider sa fille, un bon samaritain a aperçu celle-ci et a décidé de l'aider à installer son pneu de secours, or il a rencontré des difficultés au cours de l'opération.

Peu après, lorsque Bertaux est arrivé sur les lieux, un agent de Transport Québec s'y trouvait déjà.

Le père a expliqué la suite au journal Le Reflet: "Il me dit: « Vous n’avez pas le droit d’être ici. Si vous restez, je vais appeler la Sûreté du Québec ». J’ai quand même posé le pneu de secours. Quand j’ai mis la dernière vis et enlevé le jack, la SQ arrivait. Le policier était vraiment fâché. [...] Pourquoi appeler un remorqueur quand tu sais comment réparer une crevaison?"

Pour sa part, le ministère des Transports du Québec (MTQ) a réagi à l'histoire en indiquant premièrement qu'il était vivement déconseillé de sortir de la voiture en cas d’accident ou de pépin mécanique sur l’autoroute, comme l'a très bien expliqué le porte-parole Gilles Payer: "C’est super dangereux. Même les véhicules des policiers ou des patrouilleurs de Transport Québec, qui ont des lumières clignotantes jaunes, se font accrocher par des voitures lorsqu’elles sont immobilisées sur l’accotement. [...] 

Le porte-parole ajoute qu'en cas de crevaison, la première chose à faire est de contacter le 911 afin d'être dirigé vers la bonne ressource.

Enfin, le porte-parole du MTQ termine en précisant: "Vous pouvez prendre une certaine liberté, mais c’est à vos risques et péril. Avec la loi du bon Samaritain, il peut y avoir une certaine indulgence, mais tout dépend de l’accident. Se mettre en danger n’est pas une solution."

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: Le Reflet · Crédit Photo: Capture d'écran