Nouvelles : Les récidivistes en matière d'alcool au volant se feront désormais imposer un antidémarreur à vie.

Les récidivistes en matière d'alcool au volant se feront désormais imposer un antidémarreur à vie.

Tous les détails à l'intérieur...

Publié le par Les Autos dans Nouvelles
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Dès le 25 novembre, les récidivistes en matière de conduite avec facultés affaiblies se feront désormais imposer un antidémarreur à vie.

Ce resserrement des règles concernant la conduite avec facultés affaiblies prévoit que cette nouvelle mesure s'appliquera à ceux et celles qui seront trouvés coupables d'une seconde infraction en moins de 10 ans.

Cette mesure faisait partie des changements qui avaient été apportés au Code de la sécurité routière en 2018. D'ailleurs, le début de l'application de cette mesure surviendra juste avant le temps des Fêtes et du même coup, alors que la campagne annuelle de sensibilisation contre la conduite avec facultés affaiblies de la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ) est déjà en cours.

Jusqu'ici, il fallait être trouvé coupable d'une troisième infraction pour conduite avec facultés affaiblies pour se faire imposer un antidémarreur. Il arrivait aussi que des conducteurs se faisaient imposer un antidémarreur dès la première infraction pour ce qui est des cas de facteurs aggravants, comme un taux d’alcoolémie très élevé ou le refus d’obtempérer aux policiers.

Avec la nouvelle mesure, non seulement les récidivistes n'auront pas droit à une troisième chance, mais en plus, ils devront s’adresser à la Cour du Québec après 10 ans pour faire lever l’obligation. Pour ce qui est des multirécidivistes, ceux-ci ne pourront même pas tenter quoi que ce soit en ce sens.

Le ministre des Transports du Québec François Bonnardel a déclaré dans un communiqué qu'il souhaitait adresser "un message clair aux automobilistes et aux récidivistes : la conduite avec les facultés affaiblies par l’alcool ou la drogue, c’est inacceptable".

On comprend très bien le gouvernement de vouloir limiter au possible les cas de conduite avec facultés affaiblies lorsqu'on jette un coup d'oeil aux statistiques. En effet, on estime que de 2013 à 2017, les accidents en lien avec l'alcool au volant ont causé 100 décès, en plus d'avoir fait 220 blessés graves et 1800 blessés légers.

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: La Presse · Crédit Photo: Capture d'écran