Nouvelles : Les parents d'une adolescente de 15 ans tués sous ses yeux par un chauffard saoul

Les parents d'une adolescente de 15 ans tués sous ses yeux par un chauffard saoul

C'est tragique.

Publié le par Les Autos dans Nouvelles
Partager sur Facebook
692 692 Partages

Une adolescente de 15 ans a fait preuve d'un courage exceptionnel en témoignant lors du procès du chauffard qui aurait tué ses parents alors qu'il conduisait en état d'ébriété.

C'est le 9 novembre 2016 que la jeune Anakyme Brousseau a vu ses deux parents mourir alors qu'ils revenaient d'un rendez-vous chez le podiatre.

La famille était sur le chemin du retour lorsqu'une Hyundai Elantra a heurté leur véhicule. L'impact a été d'une telle violence que le moteur de la Mazda 3 qui transportait la famille a été propulsé hors de la voiture à des dizaines de mètres de distance.

La collision aura causé le décès des deux parents, Pierre Junior Brousseau et Émilie Fortin, tandis que l'adolescente s'en sera tirée avec des blessures au front, à l’oreille gauche et à une hanche. 

Jean-François Bujold, le premier témoin à être intervenu sur la scène d'accident a raconté devant la cour: "La jeune fille était complètement désorientée, elle hurlait. Elle s’est dirigée vers moi, puis elle est retournée vers le véhicule et elle s’est étendue par terre."

Quant à l'adolescente, celle-ci a déclaré devant le juge Stéphane Godri: "Mon père a regardé à gauche et à droite, et il s’est engagé. Ma mère a dit : “Attention !” et la voiture était déjà sur nous. Ça s’est passé en une fraction de seconde. Mon père n’a pas eu le temps de rien faire."

L'accusé de 36 ans se nomme David Leblanc et celui-ci a été inculpé de conduite avec les facultés affaiblies ayant causé la mort et des lésions. Il subit présentement son procès au palais de justice de Saint-Hyacinthe.

Stéphanie Bourdon, de la Sûreté du Québec, avait procédé à l'arrestation de Leblanc le soir de l'accident et celle-ci a expliqué qu'elle avait remarqué la présence d'une caisse de bières dans la voiture de l'accusé. Une bière ouverte était même installée dans le porte-gobelet de la voiture. La bière en question était pratiquement vide et sinon, l'haleine du chauffard dégageait une odeur d'alcool.

Enfin, une analyse sanguine de l'accusé aura démontré qu'au moment de l'accident, Leblanc avait un taux de 115 mg, soit près d’une fois et demie la limite permise pour conduire.  

Partager sur Facebook
692 692 Partages

Source: TVA Nouvelles · Crédit Photo: Courtoisie