Nouvelles : Les 25 voitures de luxe d’un vice-président africain sont mises aux enchères

Les 25 voitures de luxe d’un vice-président africain sont mises aux enchères

Tous les détails à l'intérieur.

Publié le par Les Autos dans Nouvelles
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Il s'agit d'une des histoires les plus insolites de la journée et elle nous vient de Suisse où les 25 voitures de luxe d’un vice-président africain sont mises aux enchères en Suisse.

C'est Le Parisien qui rapporte cette nouvelle qui va sans doute plaire aux amateurs de belles voitures. En effet, Teodorin Obiang, actuel vice-président de la Guinée équatoriale et fils du président, s'est fait saisir ses 25 voitures de luxe par la justice suisse. Une saisie qui représente 17 millions d'euros. Parmi elles, on compte une Maserati, une McLaren, une Aston Martin, 3 Lamborghini, 5 Bentley, 7 Ferrari. Force est de constater qu'il s'agit d'une très belle collection. 

Pourquoi la justice suisse a-t-elle saisi la collection de Teodorin Obiang ? Le Parisien raconte que cette saisie est liée à une enquête pour blanchissement d'argent qui remonte en 2016. Le quotidien parle également de gestion déloyale des intérêts publics. Une enquête qui a été finalement classée en février. Toutefois, la Guinée équatoriale et la Suisse se sont entendues pour que ses voitures soient vendues aux enchères. 

Le Parisien souligne qu'il n'y aura pas d'enchère minimum, ce qui signifie qu'il  ya potentiellement de bonnes affaires à faire. L'argent récolté sera reversé à un programme à vocation sociale qui sera développé en Guinée équatoriale. Le pays versera également 1,4 million d'euros aux Suisses pour les frais entourant cette grande vente aux enchères.

Toujours selon les informations relayées par Le Parisien, ce n'est pas la première fois que Teodorin Obiang se fait épingler par la justice. En effet, le quotidien explique qu'il avait été condamné en 2017 à 30 millions d'euros d'amende et 3 ans de prison avec sursis pour l'affaire des «biens mal acquis».  Une décision de justice qu’il avait porté en appel. Une chose est certaine, sa collection de voiture de luxe risque de bien lui manquer.

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: Le Parisien · Crédit Photo: Capture d'écran Twitter