Nouvelles : Le gouvernement lance une importante alerte aux gilets jaunes.

Le gouvernement lance une importante alerte aux gilets jaunes.

Tous les détails à l'intérieur.

Publié le par Les Autos dans Nouvelles
Partager sur Facebook
6,117 6.1k Partages

Voilà ce que risquent les organisateurs des manifestations non-déclarées à la police le samedi 17 novembre prochain. À quelques jours de ce fameux blocage national, la tension se fait de plus en plus ressentir aux quatre coins du pays.

C'est le quotidien Le Parisien qui rapporte cette nouvelle qui va encore mettre un peu plus d'huile sur le feu en France. En effet, les organisateurs des manifestations non-déclarées à la police le samedi 17 novembre prochain s'exposent à des amendes de 7500 euros ainsi qu'à six mois de prison. C'est Laurent Nuñez, le secrétaire d'État du ministre de l'Intérieur qui a fait cette annonce. L'objectif est clairement de dissuader quiconque qui souhaite organiser une manifestation spontanée le samedi 17 novembre prochain. À quelques jours de ce fameux blocage national, la tension est palpable dans la France entière.

Le Parisien explique également que Laurent Nuñez a annoncé clairement qu'aucun blocage total ne sera toléré notamment pour des raisons de sécurité routière. Le secrétaire d'État du ministre de l'Intérieur explique que ces blocages pourraient être très dangereux pour les Français et qu'il faut donc prendre des précautions. Le politicien a donc insisté sur le fait que les manifestations doivent être déclarées et encadrées par la police. Tous les organisateurs qui ne se plieront pas à ces règles s'exposeront donc à une amende de 7500 euros et à six mois de prison. 

Une peine extrême, mais Laurent Nuñez ne veut pas jouer avec la sécurité des Français. Ceux qui ont décidé de bloquer les routes tout de même sans prévenir la police et en cachant leur plaque s'expose également à une amende de 750 euros pour ce type de geste affirme Le Parisien. Autant vous dire que l'addition risque d'être salée.

Le Parisien raconte que si le secrétaire d'État du ministre de l'Intérieur a été ferme concernant les blocages du samedi 17 novembre. Il n'a eu aucune déclaration concernant la hausse du prix du carburant. En effet, le gouvernement répète depuis plusieurs semaines maintenant qu'il ne reviendra pas sur sa décision. La hausse du prix du carburant est une nécessité écologique et il s'agit d'une décision qui est prise pour le bien des Français. Le gouvernement souhaite rester ferme sur ce point et on l'imagine très mal faire marche arrière.

Rappelons que les manifestations et blocages du samedi 17 novembre auront lieu un peu partout en France pour protester contre la hausse drastique du prix du carburant. Cela fait plusieurs semaines que le gouvernement a annoncé des hausses successives du prix du carburant et cela a vraiment énervé les Français qui voient en cette taxe un nouveau moyen de taxer les familles de la classe moyenne. 

En effet, ce sont les familles qui se retrouvent le plus touchées par cette augmentation et elles ne sont vraiment pas contentes. D'ailleurs des pétitions circulent sur le web depuis quelque temps afin que le gouvernement fasse marche arrière, mais comme mentionné plus haute il y avait vraiment pratiquement aucune chance pour que le gouvernement revienne sur sa décision. Emmanuel Macron et ses ministres ont décidé d'être fermes jusqu'au bout, peu importe si leur popularité en prend un coup.

Partager sur Facebook
6,117 6.1k Partages

Source: Le Parisien · Crédit Photo: iStock