Nouvelles : Le Canada songe à hausser le prix du litre d'essence de 40 cents d'ici 2030

Le Canada songe à hausser le prix du litre d'essence de 40 cents d'ici 2030

Tous les détails à l'intérieur...

Publié le par Les Autos dans Nouvelles
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Un rapport a révélé que si le Canada souhaite atteindre ses propres cibles de réduction de gaz à effet de serre (GES), le gouvernement devra augmenter sa taxe fédérale sur le carbone jusqu’à 210 $ la tonne d’ici 2030, ce qui pourrait signifier une hausse du prix du litre de 40 cents.

C'est la Commission de l’écofiscalité du Canada qui est derrière ce rapport aux conclusions souvent étourdissantes.

La Commission, qui a pour mandat de trouver les politiques climatiques les plus efficaces par rapport aux coûts afin de réduire les émissions de GES, est composée d’économistes de toutes les régions du Canada et de conseillers, dont Paul Martin et Jean Charest.

Plusieurs scénarios ont été étudiés par la Commission afin de compléter ce rapport dont le régime actuel de tarification sur le carbone, la réglementation extensive et les subventions, puis la réglementation de l’industrie et des subventions.

Le rapport en est donc venu à la conclusion que la meilleure solution afin d'atteindre ses objectifs "au coût le plus bas possible pour l’économie" pour le gouvernement serait "la hausse du prix du carbone au Canada", et ce, même si cette approche risque de "se révéler difficile sur le plan politique".

Toujours en ce qui concerne la conclusion établie par le rapport, on peut aussi y lire: "Pour que le recyclage des recettes soit efficace sur le plan économique, les provinces devraient envisager de réduire l’impôt sur le revenu des entreprises et des particuliers, surtout si le prix du carbone augmente avec le temps".

On y ajoute aussi que "Le prix du carbone actuellement en vigueur doit augmenter de manière significative si le Canada veut atteindre sa cible de 2030. Notre analyse indique que cela est possible si le prix national du carbone atteint 210 dollars la tonne en 2030".

Évidemment, on se doute déjà que certaines entreprises tenteront par tous les moyens inimaginables d'échapper à cette augmentation, or la Commission a clairement mis en garde ceux et celles qui seraient tentés d'emprunter une telle voie tout en soulignant qu'il n'y a "rien de gratuit en matière de politique climatique" et que "toutes les politiques climatiques comportent des coûts".

Enfin, la Commission termine son rapport en ajoutant qu'étant donné que le développement technologique et l’innovation n’ont pas été pris en compte dans son analyse, cette augmentation pourrait grimper davantage au cours des années à venir.

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: Huffington Post
Crédit Photo: Adobe Stock