Nouvelles : La Peugeot 406 de «Taxi 2» est à vendre

La Peugeot 406 de «Taxi 2» est à vendre

Tous les détails à l'intérieur.

Publié le par Les Autos dans Nouvelles
Partager sur Facebook
4,236 4.2k Partages

C'est Le Parisien qui en a fait l'annonce. La Peugeot 406 que l'on a pu voir dans le film « Taxi 2 » est maintenant à vendre. 

La célèbre berline blanche sera vendue aux enchères au musée L’Aventure Peugeot à Sochaux (Doubs) le 16 septembre prochain.

Il devrait y avoir foule dont de nombreux fans de la saga « Taxi ». 

Imaginez! Vous pourriez mettre la main sur l’une des Peugeot 406 visibles dans le deuxième volet. 

Le film est sorti en 2000 et il a été vu par plus de 10 millions d'enthousiastes.

C'est la maison de ventes Leclere qui s mis en vente la 406 blanche dont le prix de valeur est estimé entre 8 000 et 10 000 euros. Aucun prix de réserve n’a été fixé. 

Il s’agit « d’une version de série roulante, 4 portes, équipée du moteur ES9JP de 2946 cm³ 6 cylindres essence injection et d’une boîte manuelle à 5 rapports », précise Leclere.

La voiture a été « fournie par Peugeot directement à Luc Besson (le producteur de la saga) pour l’occasion, et sérieusement modifiée au niveau carrosserie ». 

Mais ne sortez pas votre chéquier tout de suite pour acheter la berline, vous devez savoir que cette voiture n’étant pas homologable, il vous sera impossible de la conduire pour aller faire ses courses ou partir en vacances. La Peugeot 406 peut seulement être conduite sur un circuit fermé.

Taxi 2 est un film français réalisé par Gérard Krawczyk, produit et écrit par Luc Besson, sorti en 2000. Il s'agit du second film de la série Taxi.

Comme dans TAXI 1, la production a fait appel à de nombreux pilotes renommés pour participer aux cascades automobiles : Jean-Louis Schlesser, Jean Ragnotti, Henri Pescarolo, Raymond Touroul, Jutta Kleinschmidt, Jean-Pierre Jarier, Renaud Malinconi et Jean-Pierre Jabouille.

Voici le synopsis du film: Daniel, le chauffeur de taxi dingue de vitesse, et Emilien, l'inspecteur de police inexpérimenté, se retrouvent à Paris. Le ministre de la Défense japonais vient tester le savoir-faire hexagonal en matière de lutte antiterroriste et signer le contrat du siècle avec l'État français. Il est alors enlevé par des Yakusas.

Partager sur Facebook
4,236 4.2k Partages

Source: Le Parisien · Crédit Photo: Capture d'écran