Nouvelles : La hausse du carburant provoque une grogne populaire sans précédent

La hausse du carburant provoque une grogne populaire sans précédent

Les gens sont furieux

Publié le par Les Autos dans Nouvelles
Partager sur Facebook
867 867 Partages

La colère des citoyens contre la hausse des prix du carburant s'intensifie à un point tel que le gouvernement pourrait être forcé de réagir. 

En un an, le prix du diesel a augmenté de 23 % alors que le prix de l'essence a fait un bon de 14 %. Des augmentations qui s'expliquent par l'évolution des tarifs mondiaux du pétrole, mais aussi par la hausse des taxes. En effet, les taxes ont augmenté de 7,6 centimes au litre pour le diesel et de 3,9 centimes pour l'essence, cette année. 

Excédés, les routiers ont lancé une pétition et organisent une manifestation qui devrait avoir lieu le 17 novembre prochain. 

La pétition Pour une Baisse des Prix du Carburant à la Pompe ! lancée sur Change.or en début de semaine avait récolté plus de 340 000 signatures vendredi. Elle a été massivement partagée sur les réseaux sociaux et des noms ne cessent de s'ajouter à la liste, et ce, à chaque minute. 

De plus, une manifestation s'organise, aussi sur les réseaux sociaux, afin que des gens bloquent les rues un peu partout en France pour protester contre la hausse des prix du carburant. 

La mobilisation est même en train de gagner les professionnels qui voient leurs profits diminuer en raison des kilomètres qu'ils doivent faire et qui leur coûtent de plus en plus cher. 

Le plombier Abbassi Amin a été interviewé par BFMTV. Il a raconté qu'il doit faire environ 150 kilomètres par jour, soit jusqu'à trois pleins d'essence chaque semaine. La facture est passée de 40 euros à 60 euros à la pompe. Et il refuse de gonfler la facture de ses clients pour compenser.  

Autre secteur qui est impacté par l'augmentation du carburant : le transport routier. Catherine Pons, la déléguée de l'Union nationale des organisations syndicales des transporteurs routiers automobiles (Unostra), a souligné que les conducteurs de poids-lourds paient déjà toutes sortes de taxes pour financer les infrastructures, pour un montant total de 30 milliards d'euros par an. 

« Les transporteurs n'accepteront plus aucune hausse supplémentaire », a-t-elle prévenu en entrevue sur BFMTV, vendredi. 

« Nous n'allons plus discuter avec le gouvernement (…) Nous n'avons absolument aucune confiance sur le fait que ces taxes supplémentaires qui pourraient nous être imposées soient bien attribuées à l'entretien des routes », s'est encore insurgée la déléguée de l'Unostra.

L'organisation ne prévoit pas se joindre au mouvement citoyen du 17 novembre, mais des actions séparées pourraient être envisagées puisque « les demandes de mobilisation de la part des transporteurs émanent de toutes les régions de France », a affirmé Catherine Pons.

La situation n'est pas près de se calmer. Le prix du carburant doit encore augmenter dans les prochaines mois. En janvier, les taxes sur le diesel augmenteront de 6 centimes par litre et de 3 centimes par litre pour l'essence. Le gouvernement avait déjà prévu de les faire progresser au même rythme chaque année jusqu'en 2022. Est-ce que le gouvernement fera marche arrière en réaction à la grogne populaire? Ça reste à voir dans les prochains mois!

Partager sur Facebook
867 867 Partages

Source: BFMTV · Crédit Photo: Capture d'écran