Nouvelles : Importante avertissement aux conducteurs Québécois de la part des policiers.
Qu'en pensez-vous? Laissez votre commentaire ici.  

Importante avertissement aux conducteurs Québécois de la part des policiers.

Tous les détails à l'intérieur.

Publié le par Les Autos dans Nouvelles
Partager sur Facebook
805 805 Partages

Les corps policiers du Québec et la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ) ont lancé la campagne « Conduire chaud, conduire gelé, c’est non » jeud dernier afin de rappeler aux automobilistes que la conduite après voir consommé de l'alcool ou du cannabis est un geste criminel. 

« La campagne vise à rappeler que bien que le cannabis soit légal, il est interdit de conduire après en avoir consommé. Comme c’est le cas pour l’alcool, le cannabis au volant peut avoir de lourdes conséquences », peut-on lire dans le communiqué émis par la SAAQ. 

Cet effort concerté arrive juste au moment où les partys de bureau sont prévus un peu partout au Québec et la campagne va se poursuivre pour toute la période des Fêtes, soit jusqu'au 3 janvier. 

Les policiers ont promis de multiplier les barrages routiers afin d'épingler les automobilistes fautifs qui ont consommé la l'alcool, de la drogue ou les deux! Les contrôles vont aussi cibler les véhicules lourds, les autobus et les taxis, précise le communiqué.

Un premier barrage installé jeudi soir à l'entrée du pont Jacques Cartier, à Montréal, a provoqué un impressionnant bouchon de circulation. 

Les accidents impliquant l’alcool ont causé 100 décès en moyenne, chaque année, entre 2012 et 2016, en plus de faire 260 blessés graves et 1 800 blessés légers, d'après la SAAQ. De plus, 33 % des conducteurs décédés dans un accident de la route avaient des drogues dans le sang, 19 % avaient consommé du cannabis et le pourcentage grimpe à 35 % chez les jeunes de 16 à 24 ans.

« La conduite avec les facultés affaiblies, peu importe la substance consommée, est inacceptable. Particulièrement pour le cannabis, le message est clair : lorsqu’on consomme, on ne conduit pas », a déclaré François Bonnardel, ministre des Transports et ministre responsable de la région de l’Estrie. 

« Le gouvernement du Québec souhaite continuer le travail pour améliorer le bilan routier, notamment en conscientisant les conducteurs aux dangers de l’alcool ou de la drogue au volant. J’encourage les conducteurs à faire preuve de prudence et à continuer d’adopter des comportements sécuritaires au volant. »

« Il ne fait aucun doute que comme l’alcool, le cannabis produit des effets qui nuisent à la capacité de conduire et qui augmentent le risque d’accident de la route. C’est pourquoi nos partenaires policiers seront présents sur le terrain pendant toute la période des Fêtes », a ajouté Nathalie Tremblay, présidente et chef de la direction de la SAAQ. 

« Avec les nombreuses solutions de rechange qui existent, comme l’Opération Nez rouge, il n’y a aucune excuse valable pour conduire avec les facultés affaiblies. »

De nombreuses publicités ont aussi déjà commencé à circuler à la télévision et sur les réseaux sociaux afin de sensibiliser le public. 

« Les policiers peuvent détecter une personne qui conduit sous l’effet de l’alcool ou de la drogue », assure la SAAQ. « À compter du 18 décembre 2018, l’échec aux tests du policier expert en reconnaissance de drogues entraînera la suspension immédiate du permis de conduire pour 90 jours (en cas de récidive, le véhicule sera saisi pour 90 jours). Le résultat de ces tests pourrait aussi mener à des accusations criminelles. »

Partager sur Facebook
805 805 Partages

Source: SAAQ
Crédit Photo: Capture d'écran