Nouvelles : Après avoir révélé une affaire de corruption une journaliste se fait violer et battre à mort dans un parc

Après avoir révélé une affaire de corruption une journaliste se fait violer et battre à mort dans un parc

Son scoop n'a pas plus à tout le monde.

Publié le par Les Autos dans Nouvelles
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Non vous n'êtes pas dans House of Cards mais en Bulgarie, après avoir révélé une affaire de corruption une journaliste se fait violer et tuer. Une histoire qui fait froid dans le dos et qui est en train de secouer tout un pays.

C'est le média d'information et de divertissement britannique le Daily Mail qui rapporte cette nouvelle digne des plus grandes téléséries à suspense américaine sauf que là nous sommes en Bulgarie. En effet, la révélation d'une sordide histoire de corruption et de détournements de fonds d'aide financière provenant de l'Union Européenne a coûté la vie à une journaliste. Il ne s'agit pas d'un simple meurtre puisqu'elle a été tout d'abord violé puis assassiné dans d'atroces conditions. Le Daiy Mail explique qu'elle a été battu à mort dans un parc.

Cette journaliste, c'est Viktoria Marinova, 30 ans, célèbre présentatrice de la télévision bulgare qui a décidé de révéler cette scandaleuse histoire de détournement de fonds d'aide provenant de l'Union Européenne. Une histoire qui avait touché la population qui désirait plus de transparence à ce sujet. Malheureusement les révélations de la journaliste ont causé trop de tort au gouvernement et étrangement peu de temps après le scandale, Viktoria Marinova a été violé et tué dans d'atroces circonstances raconte le Daily Mail.

Autant vous dire que cette nouvelle a suscité une vive émotion au sein de la communauté bulgare qui a décidé d'organiser une marche de soutien et d'hommage à la journaliste et sa famille. De nombreuses bougies et des photos d'elle ont été déposé près du parc où cet atroce crime a eu lieu. Un grand nombre de bulgares sont venus se recueillir et adresser leur respect à Viktoria Marinova.

Du côté de l'Union Européenne, il y a également eu une réaction qui pou le moment reste un peu timide relate le Daily Mail. L'UE a simplement déclaré que "la démocratie ne peut pas exister si il n'y a pas de liberté de la presse". Une déclaration qui sous-entend qu'il n'y a pas de liberté de la presse en Bulgarie et il faut croire que l'histoire de Viktoria Marinova en est la preuve flagrante. Une enquête est en cours pour trouver le ou les coupables de ce crime atroce.

Voilà quelques images de l'hommage rendu à Viktoria Marinova par la population bulgare:

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: Daily Mail · Crédit Photo: Facebook